La motivation n’est pas toujours au beau fixe. C’est vrai au travail, mais dans plusieurs autres aspects de notre vie : dans le sport, les études, etc. Que faire lorsque cet état de démotivation survient au travail? Y a-t-il des solutions? Qu’est-ce que cela signifie? Qu’est-ce qui peut entrainer cette perte de motivation? Voilà des questions importantes auxquelles le conseiller d’orientation peut vous aider à répondre.

Différents facteurs peuvent faire en sorte que votre motivation au travail soit à la baisse. En voici un aperçu :

  • Votre état psychologique : c’est-à-dire votre disponibilité sur le plan psychologique à faire face aux exigences de votre emploi. Êtes-vous en mesure de vous concentrer suffisamment? Vivez-vous des difficultés sur le plan personnel? Êtes-vous dans une période particulièrement exigeante à la maison? Les exigences de la vie personnelle peuvent provenir de diverses sources. Par exemple : une séparation ou un divorce, les difficultés d’apprentissage d’un enfant, la maladie d’un proche que l’on doit aider, etc. Ce sont tous des évènements qui mobilisent vos ressources personnelles bien au-delà des simples exigences du quotidien. Les difficultés sur le plan personnel peuvent aussi provenir d’un trouble de santé psychologique avec lequel vous devez vivre et qui peut devenir difficile à gérer à certains moments.
  • Votre état de santé physique : c’est-à-dire votre capacité, sur le plan physique, à faire face aux exigences de votre emploi. Êtes-vous au meilleur de votre forme? Avez-vous des moments libres pour prendre soin de vous? Êtes-vous aux prises avec une maladie chronique?
  • Votre rendement au travail : êtes-vous capable de répondre adéquatement aux exigences de votre emploi? Avez-vous les capacités pour y répondre? Avez-vous accès à du perfectionnement, à de la formation, à de la supervision pour vous améliorer?
  • Votre degré d’affinitéavec les tâches liées à votre emploi, vos collègues de travail, les valeurs de l’entreprise, vos supérieurs immédiats. Est-ce que vous aimez votre travail, vos collègues et votre supérieur? Est-ce que vous avez du plaisir? Avez-vous le sentiment que l’entreprise accorde de l’importance aux valeurs qui vous sont chères? (ex. : l’excellence du service à la clientèle, l’équilibre dans la conciliation travail/famille, la productivité, etc.)?
  • La reconnaissance reçue de vos pairs, vos collègues, vos supérieurs hiérarchiques, etc. Avez-vous le sentiment que votre travail est utile? Est-ce que vous recevez une certaine forme de reconnaissance de la part de vos collègues ou de votre employeur? Cette reconnaissance peut se traduire de diverses manières : des félicitations, des marques de confiance, un bonus ou une augmentation de salaire, plus d’autonomie ou de responsabilités, être consulté lors des prises de décisions, etc.
  • Les défis et la charge de travail sont aussi des éléments centraux de la motivation. Est-ce que votre charge de travail est bien adaptée à vos ressources (le temps dont je dispose, la possibilité de déléguer, ma capacité à prioriser, etc.)? Avez-vous le sentiment d’être toujours débordé(e)? Est-ce que les défis sont tellement grands que vous vivez constamment de l’anxiété ou de l’inquiétude de ne pas réussir? Ou au contraire, est-ce que vous vous ennuyez dans votre travail par manque de défis ou trop de temps pour effectuer une tâche?
  • L’aspect praticopratique :est-ce que votre travail est situé à un endroit qui vous convient? L’emplacement géographique facilite-t-il vos déplacements entre le travail et la maison? Avez-vous la possibilité de faire du télétravail? Est-ce que votre horaire de travail vous convient? Est-ce qu’il est concordant avec votre rythme naturel (biologique)? Est-ce qu’il vous permet de bien assumer vos responsabilités familiales?

Voilà une multitude de pistes de réflexion. La motivation dépend de tout cela, et de bien plus encore. Il y a également des signes qui ne trompent pas et qui indiquent qu’il est temps de vous questionner sur votre degré de satisfaction au travail. En voici quelques-uns :

  • L’intérêt n’y est plus. Je vais au travail de reculons.
  • Je reviens du travail très stressé(e) ou maussade.
  • Je n’ai jamais envie de parler de mon travail ou lorsque j’en parle, c’est pour parler des côtés négatifs.
  • Je vis beaucoup d’anxiété ou d’inquiétudes au travail.
  • Je vis plusieurs conflits au travail.
  • J’ai l’impression que mon travail n’a pas de sens ou ne sert à rien.
  • Mon travail prend toute la place dans ma vie.
  • Ma charge de travail est beaucoup trop lourde et je me sens épuisé(e).
  • Je n’arrive pas à trouver l’équilibre entre ma vie personnelle et mon travail.

Si vous avez répondu oui à un ou plusieurs de ces énoncés, il est sans doute temps de vous attarder au problème. Toutefois, avant de vous mettre en mode solution, il peut être utile de vous faire aider par un conseiller d’orientation. Après tout, il est l’expert de l’interaction individu-études-travail.

 

Mélodie Brochu,

Conseillère en orientation